Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

magalicollet.com

La cave aux poupées et autres...

magalicollet.com

A mon sein

A mon sein
À mon sein j’aimerais à nouveau te nourrir
Et qu’enfin abreuvée tu t’endormes, repue,
Par le balancement de mes épaules nues
Et les chants de ma voix, parsemés de soupirs.

À mon sein apposé ton visage prendrait
Les couleurs de la vie qui fait battre ton cœur
Ces teintes roses sang, promesses du meilleur
Qui te manque pourtant, qui se cache, discret.

À mon sein accrochée, tenue contre mon corps
Tu ne souffrirais plus de ne pas être celles
Que tu envies parfois ou que tu trouves belles,
Que tu ne seras pas malgré tous tes efforts ;

Car tu es beaucoup plus qu’une photo refaite,
Plus qu’une image froide imprégnée de clichés
Qui font paraître morte une beauté givrée...
C’est quand la femme vit que je la vois parfaite.

À mon sein tu n’es plus et j’attends maintenant
Que le temps te nourrisse aussi bien que le lait
Tempéré d’une mère, espérant en secret
Voir grandir et briller sa magnifique enfant.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article