Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

magalicollet.com

La cave aux poupées et autres...

magalicollet.com

L'effleure du mal

L'effleure du mal

À l’effleuré des doigts je découvre ton corps
Tel un tableau de sable au grain bien trop fragile
Qui, sous mon souffle chaud peu à peu s’évapore
Pour me laisser frôler ta silhouette gracile.

Je respire ta peau comme on hume un bon vin
Je souhaite conserver ton goût jusqu’à la fin,
J’exige ton silence et nie ton existence,
Tu es à la merci de ma condescendance.

Mes lèvres sur ton aine instillent leur désir
À l’aube de ton sexe et, pour mieux m’en saisir
Mes mains se font écrin pour t’offrir à ma bouche
Nourrie par ta semence et tes mots qui font mouche.

S’il me venait l’envie de te faire souffrir
C’est à ton cœur vois-tu, que je m’attaquerais,
N’aie crainte mon ami ce n’est pas en projet
Ce soir tu es putain, objet de mon plaisir.

J’orchestre ta jouissance, elle est en mon pouvoir
J’oublie celui que j’aime un instant et j’exulte,
Oh, ne soit pas vexé, ce n’est pas une insulte :
S’il était mon enfer, tu es mon purgatoire.

Quand tu me baiseras demain, je serai vierge,
Tu mordras mes seins nus, je te serai soumise,
Si ce n’est toi, qu’importe.... autre homme ou autre verge
Il sera  mon salut, moi... sa terre promise.

Le temps s’est arrêté suspendu à nos cris
Je devrais il me semble implorer ton pardon...
Je préfère me taire et m’enfuir, sans un bruit : 
Tu crois bien me connaître...
Dis-moi... Quel est ton nom ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article