Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

magalicollet.com

La cave aux poupées et autres...

magalicollet.com

Ineffaçable de Clarence Pitz

Ineffaçable de Clarence Pitz

Aujourd’hui je vais vous parler d’Ineffaçable de Clarence Pitz et comme d’habitude, je vais commencer par la petite histoire (oui, en bonne enseignante, je mets tout au brouillon avant de taper).

J’ai fait la connaissance de Clarence par les réseaux sociaux et les différents groupes consacrés à la lecture. Le confinement n’a pas que de mauvais côtés puisque les « live » ont fleuri çà et là. En participant à un Live de Clarence, j’ai été conquise par sa façon de parler de ses livres et je me suis dépêchée d’acquérir Ineffaçable (merci ma fidèle petite liseuse d’être toujours là quand j’en ai besoin). Et là ? Waouh ! J’ai trouvé tout ce que j’aime dans une lecture et tout d’abord, un lieu : Bruxelles. Une ville que je ne connais pas mais que j’ai eu envie de découvrir grâce aux images que nous délivre Clarence (note post ouverture des frontières : première destination à faire en duo avec Monsieur Doudou).

Il y a les personnages : Ils ont du corps, de la consistance, leurs psychologies respectives sont construites, fouillées et on éprouve pour eux de l’empathie, du dégoût, de l’amour ou du respect tant ils sont crédibles (amateurs de super-héros, sortez d’ici).

L’intrigue maintenant : Mama Mia ! Cette intrigue est une crêpe de confiture de myrtilles sauvages sous lit de chantilly (comment ça je suis gourmande ?) Elle est crédible, intense, empreinte d’images fortes mais sans voyeurisme (ce qui m’a permis de laisser mon imagination débordante forger les siennes).

Je ne me souvenais plus de l’affaire des fresques obscènes de Bruxelles et avoir réussi à mêler de façon crédible fiction et faits réels est un vrai tour de force !

Bon eh bien il faudra que je lise  La parole du chacal maintenant (c’est encore la meilleure façon de voyager par les temps qui courent) mais... Oh ! Vous l’ai-je dit ?

J’ai adoré Ineffaçable.

4ème de couverture : 

Bruxelles 2016. Au lendemain d’une vague d’attentats, des fresques pornographiques apparaissent sur les façades des quartiers populaires de la capitale et secouent l’opinion publique. Épaulé par Fred Boland, jeune recrue immature, l'inspecteur Karel Jacobs est confronté à une série de crimes sexuels d’une perversité sans nom. Les sévices s’enchaînent mais les victimes ne se ressemblent pas. Et le duo est rapidement dépassé par une enquête pavée de violence qui l’emmène dans les recoins sensibles de la ville. Samira, jeune mineure émancipée, est retrouvée violée en plein cœur de Molenbeek. Sa route croise celle de Virgile Plisson, flic infirme relégué à la paperasserie et ancien membre de la cellule tag prêt à tout pour reprendre du service.

Du folklore estudiantin aux codes du street art, Clarence Pitz nous emmène dans les profondeurs de Bruxelles à travers un thriller rythmé et immersif basé sur un fait divers attesté, celui des fresques clandestines de Bruxelles.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article